bargny Infos

La Ville de Bargny dans le web

DECLARATION FORUM CIVIL :SECTION SENEGALAISE DE TRANSPARENCY INTERNATIONNAL(Section de Bargny)

| 0 Commentaires

forum_civil_bargnyEn vue de faire face à l’évolution de la demande en électricité du Sénégal, la Société Nationale d’électricité (SENELEC), conformément à son plan de développement industriel et à la volonté du Gouvernement du Sénégal de recourir à la filière charbon pour la production d’énergie électrique, va implanter une centrale thermique de production électrique de 125 MW, communément appelé centrale à charbon, à Bargny Minam, village situé à 25 km à l’est de Dakar.

Force est de constater que malgré le caractère ambitieux du projet, il soulève deux problèmes majeurs : un problème foncier et un problème environnemental.
S’agissant du foncier, le site devant abriter la centrale en question est en effet attribué aux populations victimes de l’érosion côtière depuis 1995 et a déjà fait l’objet d’un lotissement administratif.
Mais à la grande surprise des populations et par décret n°2009-849 en date du 3 septembre 2009, l’Etat s’est attribué ces terres d’une superficie de 120 ha. Dont les 54ha 43a 77ca sont enregistrés pour le compte de la SENELEC par voie de bail pour la réalisation de son projet.
En outre, la Compagnie Sénégalaise d’électricité reconnait avoir acheté le terrain d’une superficie de 29 ha devant abriter la centrale à charbon immatriculé TF n° 5188.
Le Forum Civil, section de Bargny, considère qu’une telle mesure, prise d’autorité pourrait conduire à l’expropriation des populations de leurs terrains sans aucun mesure d’accompagnement pour leur éviter le traumatisme d’un second sinistre, après celui causé par l’érosion côtière.
Concernant maintenant le volet environnemental, il est sans doute évident de constater que cette centrale à charbon peut être très dangereuse pour la santé des populations riveraines et pour l’environnement. En effet, le rapport de l’étude d’impact environnemental et social révèle plusieurs impacts potentiels aussi bien en phase de construction qu’en phase d’exploitation.
D’abord, en phase de construction, il est mentionné dans le rapport que la construction de la centrale va impacter entre autres sur la qualité de l’air et la santé humaine, sur le cadre de vie (pollution sonore due au bruit généré par les équipements de chantier, le transport des matériels et matériaux par camions, etc. ), des populations, sur les ressources en eau avec l’altération de la qualité des eaux de surface et des eaux souterraines.
Ensuite, en phase d’exploitation la centrale à charbon va impacter sur la qualité de l’air et la santé humaine à cause de la pollution due à des substances dangereux (NOx, SO2, CO) et aux poussières rejetées durant la production de l’énergie électrique. La liste n’est pas exhaustive.
Cependant, aux termes l’article 13 du code de l’environnement l’autorisation de la construction de ce type d’installation rangée dans la première classe « est obligatoirement subordonnée à leur éloignement, sur un rayon de 500 m au moins, des habitations, des immeubles habituellement occupés par des tiers, des établissements recevant du public et des zones destinées à l’habitation ».
On peut en déduire donc une violation flagrante du code de l’environnement dans la mesure où la centrale est installée dans une zone destinée à l’habitation et abritant des maisons. C’est un non respect du périmètre de sécurité.
Ce projet pose un problème sérieux dans la mesure où un droit fondamental garanti par la constitution pour tous les citoyens est violé, à savoir le droit à un environnement sain (l’article 8 de la Constitution sénégalaise).
C’est pourquoi, le Forum Civil/Bargny reprend à son compte les préoccupations des populations du site retenu pour l’installation de la centrale et Dénonce :

L’absence de concertation entre L’Etat et les populations pour trouver une solution face à cette situation ;
La violation des droits de l’Homme que peut occasionner le projet ;
La confiscation des terres destinées aux populations menacées par l’érosion côtière
Fustige le l’inertie du Maire de la commune face à cette situation.
Sous ce rapport, Recommande à l’Etat du Sénégal :
Une prise en compte des droits de cette minorité bien que ce projet soit d’intérêt national ;
La réparation de tout préjudice que peut occasionner l’implantation de la centrale quelle que soit la nature du préjudice ;
D’organiser une audience publique entre toutes les paries prenantes ( les populations de bargny, le Maire de la commune, le représentant de l’Etat et la Compagnie d’énergie du Sénégal en charge de la construction de la Centrale à charbon.) afin d’aboutir à des solutions consensuelles.

Fait à Bargny le 14 févr. 2014

Cheikh Tidiane Beye
Forum Civil/Bargny
Tel : 776199966

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*