bargny Infos

La Ville de Bargny dans le web

LA VILLE DE GENEVE AU CHEVET DE L’ETABLISSEMENT

| 0 Commentaires

écoléseckgueye-bargnyL’école primaire Seck Guèye de Bargny tombée dans un état de délabrement avancé depuis quelques années est en train d’être entièrement réfectionnée grâce à une subvention de la ville de Genève qui a financé le projet à hauteur de 80 %. Environ 10 millions FCFA, c’est le montant alloué à l’association Jappalanté (Helping Hands) pour remettre l’une des plus anciennes écoles de Bargny dans un meilleur état.

Construite en 1966, et reconnue par la communauté comme l’une des écoles les plus anciennes de Bargny, l’école primaire Seck Guèye mourait de sa belle mort quand l’association Jappalanté (Helping Hands) de l’artiste sculpteur Momar Seck a bénéficié d’une subvention d’environ 10 millions FCFA de la ville de Genève pour la réfectionner.

«Nous avons reçu une subvention d’à peu près dix millions de francs de la ville de Genève. Mais le projet est élevé à quinze millions cinq cent mille francs CFA pour l’instant. La ville de Genève a subventionné le projet à hauteur de 80 %. Et c’est aux demandeurs de trouver le reste», nous renseigne l’artiste sculpteur Momar Seck, Président de l’association Jappalanté Helping Hands de Genève. «Nous sommes en train de faire retaper toute l’école. Les matériaux usés sont remplacés, les murs sont reconstruites, toutes les portes et les fenêtres seront changées. Nous avons commandé des table-bancs. Et avant de finir, nous allons repeindre toute l’école qui sera dans un meilleur état pour accueillir les élèves», renchérit M. Seck.

«Depuis sa création en 1966 cette école n’a jamais été réfectionnée, ce qui fait qu’elle était en situation de délabrement très avancée. Si vous rentrez dans les salles, il y a des table-bancs qui ne permettaient même pas aux élèves d’écrire ou de s’asseoir. C’est à partir de ce moment que j’ai pris des photos que j’ai envoyées au Dr Momar Seck qui s’est déplacé pour venir constater lui-même l’état de l’école. Il est alors retourné à Genève pour trouver des partenaires», nous apprend Libasse Ngom, Président de l’association Jappalanté Helping Hands du Sénégal.

Pour sa part, M. Sény Seck, conseiller municipal à Bargny, a dit toute sa satisfaction sur ce projet. «Nous apprécions franchement ce geste qui est à saluer. C’est d’ailleurs ce qui justifie notre présence ici pour représenter le maire et le conseil municipal. Nous sommes très contents car voilà des gens qui ont compris l’appel du maire. Ils ont l’habitude de le faire d’ailleurs car voilà depuis plus d’une quinzaine d’années déjà que Momar Seck et ses partenaires de la ville de Genève engagent des actions de ce genre. Et les gens doivent méditer sur cet exemple de solidarité active», dit-il.

Avant de renchérir : «L’éducation est une compétence transférée et c’est la mairie qui doit développer les écoles primaires. Mais ils ont choisi de ne pas attendre l’institution. Nous saluons à juste titre cette action». M. Eug Ndao Ndoye, président de l’UCGE de l’école Seck Guèye, s’exprimant au nom des parents d’élèves, a remercié l’association Jappalanté Helping Hands pour son action envers leur école. «Cette aide est venue à son heure si on voit l’état de dégradation dans lequel était cette école. Nous remercions la ville de Genève, l’équipe municipale et tous ceux qui de près ou de loin ont participé à ce projet», a-t-il déclaré.

Les efforts de Helping Hands pour l’éducation

L’association Jappalanté Helping Hands a engagé un certain nombre d’actions solidaires au bénéfice de l’éducation. Elle a financé plusieurs projets de construction de salles de classe, de réfection d’établissements mais aussi d’informatisation de certaines écoles. «Nous avons commencé par Mbouday Sérère, un village de la région de Kaolack, où nous avons construit trois salles de classe que nous avons équipées entièrement. Chaque salle de classe nous a coûté 5.500.000 FCFA. Nous avons eu aussi à installer 40 salles informatiques dans les établissements avec une moyenne de 10 à 20 ordinateurs pour chaque salle», a signalé Libasse Ngom, président de l’antenne du Sénégal de l’association Jappalanté Helping Hands. «Nous avons eu également à parrainer des élèves à hauteur de 25.000 FCFA par élève. L’année dernière, nous avons parrainé 42 élèves et cette année nous en sommes à 60 élèves. Nous avons eu à réparer des table-bancs au niveau de certaines écoles», soutient-il

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*