bargny Infos

La Ville de Bargny dans le web

L’école, cet ascenseur social d’antan ,aujourd’hui en panne

| 0 Commentaires

amandaw-thiombaneC’est avec amertume et regret, que j’ai repris ma plume pour vous faire part de ma modeste contribution sur la situation de l’éducation nationale de notre pays. L’éducation étant par définition l’un des éléments clés pour le développement humain, est non seulement un droit fondamental, mais aussi une base indispensable au progrès scientifique et technique voire au développement de nos institutions et de la démocratie. Cependant, on ne peut hélas constater qu’avec beaucoup de regrets, les dégâts causés par l’absence quasi totale de reformes nécessaires pour le bien être de l’école sénégalaise, car cette dernière n’est plus perçue, comme elle le fût jadis c’est-à-dire à l’image d’un ascenseur social menant vers la réussite.

L’école d’aujourd’hui ne fait plus rêver à nos enfants, elle n’arrive plus à leur permettre d’espérer, à travers leur scolarité, d’accéder à un statut meilleur ou supérieur à celui de leurs parents. Ce qui représentait pourtant dans le passé une quasi garantie offerte par l’école, surtout dans nos milieux populaires et défavorisés. Celui qui allait à l’école n’avait qu’un objectif c’est de bien réussir les études et d’améliorer son statut social. Aujourd’hui, non seulement l’école n’efface pas les différences sociales, mais en plus, il semble qu’elle les favorise parfois. C’est vraiment un constat très alarmant. On se trouve dans un cas de figure où la loi de la jungle fait encore recette. Et les enfants des milieux populaires voire défavorisés ne sont pas les mieux outillés pour faire face à ce genre de phénomènes, ils préfèrent consacrer leurs efforts à pratiquer le sport tels que le foot, le basket ou la lutte pour ne citer que ceux là et prendre comme modèles de réussite ces acteurs des disciplines précitées ,citons par exemple :balla gaye2,modou lo, el hadj diouf en laissant en rade les brillants entrepreneurs et intellectuels du pays. Cela risque de coûter cher à notre société si des mesures et des réformes d’urgence ne sont pas prises . Aujourd’hui, l’école est basée sur des valeurs telles que la médiocrité, l’exclusion, la compétition, l’échec, le redoublement. Les valeurs comme le mérite, la solidarité, la réussite, le non-redoublement, autant d’éléments d’un modèle inclusif, ne font plus recettes. Bref, jusqu’à aujourd’hui, rien n’est fait pour changer la donne, on fait comme si tout allait à merveille sans étudier les causes réelles de cet échec et éventuellement ,d’apporter les solutions nécessaires à ce fléau , sans prendre non plus en considération le manque de débouchés aboutissant vers un emploi ou sur une formation professionnelle ou supérieure qui mènera à l’emploi. Ceci dit, il y a plusieurs raisons de réformer fondamentalement l’école, notamment en faveur des moins nantis de la population, qui sont souvent des enfants issus des classes populaires. Mais nos gouvernants en l’occurrence Wade et son acolyte en la personne Kalidou Diallo, ministre de l’éducation ,ne se contentent à faire que des réformettes ,qui ne permettent pas de répondre aux questions primordiales de l’école : Est-ce que apprendre a un sens aujourd’hui ,surtout sous l’ère Wade ? A quoi ça sert d’enseigner dans ces conditions avec un gouvernement qui méprise l’enseignement et la quête du savoir? Autant de questions qui méritent des réponses adéquates et justes, dont seuls, les électeurs détiennent la clé : C’est de bouter ces incapables hors d’état de nuire et de voter utile le 26 février 2012, c’est-à-dire porter sa voix sur le candidat qui ,aujourd’hui ,est le mieux placé à répondre à ces exigences, je veux nommer Macky Sall, candidat de l’Alliance pour la République(A.P.R).

Amandaw THIOMBANE
Secrétaire Exécutif Adjoint chargé à la vie politique de APR à Bargny et membre à la Convergence des Cadres Républicains(C.C.R)

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*