bargny Infos

La Ville de Bargny dans le web

Y EN N’A VRAIMENT MARRE !

| 0 Commentaires

y-en-a-marre-bargnyPersonne ne peut nier que le problème du sous-développement peut d’abord être un problème de mentalité, et quand c’est le cas, c’est très difficile à résoudre. Quand le président traite les sénégalais de fêtards, de gens qui gaspillent, c’est ce qu’il veut dire quelque part. Mais vues les décisions qu’il prend, à savoir l’augmentation des salaires et autres avantages des conseillers, la dotation de salaires à des femmes d’ambassadeurs, ne se rend-t-il pas compte que c’est donc lui qui donne l’exemple.

Eux politiciens ont longtemps soutenu que nos problèmes sont des problèmes économiques et ils le disent encore. Mais est ce qu’ils ont essayé de résoudre ces problèmes économiques avec les moyens qu’il faut, des moyens pensés par eux en arrêtant de copier des systèmes venus d’ailleurs et surtout d’états qui ont des siècles d’existence devant nos jeunes états africains. Est-ce qu’ils ont eu le courage de ne pas faire du plagiat qui était tout à leurs avantages en tant que politiciens dirigeants. Les pays développés sur lesquels ils plagient des modèles de gouvernance sont des pays qui arrivent maintenant à mettre leurs dirigeants politiques relativement dans le luxe parce qu’ ils récoltent les fruits de plusieurs siècles de travail. Nous quand nos états sont nés, nos dirigeants politiques ont estimé devoir vivre dans le même luxe que ces dirigeants de pays riches, se doter des m-mes avantages, sans se soucier de l’état de pauvreté dans lequel nous étions et où nous sommes toujours à cause de ces politiques ingrates de partage de nos avoirs. Insoucieuses de la pauvreté de nos pays, nos dirigeants ont plus pensé à se sucrer en adoptant sans aucun esprit de patriotisme ou tout simplement par manque de vision, des systèmes de partage adoptés dans certains pays déjà développés et encore pire, sans se soucier de la question sociale ( quel dirigeant Africain a pensé installer le RMI par exemple dans son pays comme c’est le cas dans les pays avancés ? Pour être pris au sérieux, nous avons voulu, sur la forme, tout de suite ressembler à ces états là. Et au lieu de créer des états sérieux, tout à fait près à résoudre les problèmes que vit leur population, nous avons ainsi créé des maquettes d’états.

L’histoire nous dit que ces pays avancés sont des pays qui ont vécu de leur agriculture, de la pèche et de l’élevage et des secteurs productifs qui en découlent. Ils ont pensé l’exploiter à fond et ce sont des secteurs qu’ils continuent de soutenir, conscients que c’est ce qui les nourrit et peut nourrir le monde. Ne serait ce que pour assurer notre autosuffisance alimentaire et pour avoir remarqué que la nature nous a bien dotés pour l’exploitation de ces secteurs, nous devions tout faire pour les mettre en valeur. Ceci devait être une priorité.
Je ne dis pas que nous devons faire tout le trajet que ces pays ont fait pour se développer, mais je pense que si nous voulons régler nos problèmes économiques nous devons regarder comment partager nos avoirs et surtout comment créer des richesses, en investissant dans des secteurs productifs et créateurs d’emplois.

Les avantages superflus qu’ont quelques privilégiés qui sont il faut le dire payés, à la sueur du contribuable d’un pays relativement pauvre, ne boostent pas le patriotisme des sénégalais. Ils se sentent plutôt trompés par une minorité. Je dis quelques mais remarquons qu’ils sont nombreux à avoir ces salaires exorbitants tout simplement parce que nous copions sur des réalités qui ne sont vraiment pas les nôtres et ne tiennent donc pas compte de la situation financière de nos états, qui doivent plus penser à économiser pour investir dans des secteurs qui soutiennent le développement, comme des infrastructures rentables, l’entreprenariat… par exemples. Economiser pour investir dans la création d’emplois est un devoir. Mais quel chef d’état africain a eu ce courage là ? Ceux qui ont essayé de le faire ou de faire quelque chose de semblable ne sont pas restés…….je pense à Thomas Sankara…. Nous sommes des états jeunes et dans notre intégrations dans le monde, nos dirigeants politiques ont plutôt pensé à rivaliser avec ceux des vieux pays de ce monde qui naturellement sont en avance sur le plan économique, de par des avantages personnels que par les idées. Ayant fait l’école du colonisateur qui leurs donne les reines du pouvoir en partant, ils ont pensé se sucrer, en payant le prestige, oubliant complètement le niveau de vie de leur peuple. Ne nous sommes pas longtemps endettés, pour entretenir des privilèges, plutôt que de financer notre développement ? Ou se trouve leur patriotisme ? Ne se servent-ils pas du pays au lieu de servir le pays ? Si aujourd’hui, dans nos pays la politique est une voie de réussite et non pas une passion ou tout simplement une envie de servir ses concitoyens, c’est du à cette histoire. En effet dans un pays ou les dirigeants politiques sont les gens les plus aisés, voir les plus riches, on peut à juste titre penser y faire de la politique pour réussir. En quoi travaille-t-il plus que le sénégalais lambda, employé dans une société de la place. Participe-t-il à l’œuvre de développement de son pays plus que lui. Ils ne créent aucune plus value et nous saoulent de paroles démagogiques.

Nous ne soutenons pas ici le communisme, mais nous pensons que certains avantages sont anormaux et injustes pour des gens qui vivent à la sueur du contribuable d’un pays relativement pauvre. C’est pourquoi l’Afrique est mal partie. Ceux qui construisent un pays ce sont ses vaillants travailleurs et non pas ses plus grands ‘parleurs’.
A vrai dire je ne pense pas que ces personnes que je dis surpayés, contribuent à l’avancé de nos pays à auteur de leur salaire. Et si toutefois ils travaillaient autant, ne serait-il pas plus judiciable qu’ils partagent ce travail avec d’autres pour permettre à plus de sénégalais par exemple de gagner leur vie et vivre dignement.
Quand il augmente les salaires et les avantages des députés, des conseillers, etc.…nous voyons bien que le chef de l’état qui parle de gaspillage des sénégalais n’est pas dans la même longueur d’onde que nous. Le gaspillage, c’est d’entretenir en permanence des gens qui ne rendent pas au pays en terme de rentabilité, ce que le pays leurs donne. Ils ne donnent pas au pays, mais c’est le pays qui leurs donne après les avoir formés.

Si aucune génération ne veut se battre en serrant la ceinture et montrer un patriotisme exemplaire, il ne nous sera pas possible de combattre ce fléau qu’est le sous-développement dans des délais raisonnables. Une autre forme de colonisation tape à nos portes à cause de ce manque de courage qu’ont affiché tous ces dirigeants politiques qui sont passés par là.
Nous ne sommes pas contre la possession de biens acquis en ayant travaillé sérieusement, nous disons même chapeau à ces compatriotes qui ont su créer des entreprises et permettre ainsi à de nombreux sénégalais de gagner leur vie dignement.

La question la plus importante demeure le problème de l’emploi. C’est qu’en créant de l’emploi que nous pouvons d’un seul coup résoudre pas mal de problèmes dont nous parlons aujourd’hui. Mais nous l’oublions souvent et passons tout notre temps à parler de politique. Tout simplement parce que ‘’parler politique’’ c’est plus facile pour eux et pour nos chers journalistes. Arrêtons avec ça, c’est de la paresse intellectuelle, et parlons au sénégalais de choses sérieuses. Pour eux politiques, les moments de travail, ce sont les périodes de campagne. Après l’élection, au lieu de se retrousser les manches, ils pensent que c’est le moment de profiter de leur labeur, alors qu’ils n’ont encore rien cultivé. Que c’est dommage !

Loin d’être pessimiste, nous voulons seulement, aussi travailler collectivement pour notre progéniture. Pour qu’elle vive dans un monde meilleur et ne pas connaitre tous les méfaits de la pauvreté que connait nos pays sous-développés. Ils se demanderont, ce que leurs ancêtres ont faits pour eux, et il serait très égoïste et insensé de penser qu’on puisse s’en sortir seul, sans tenir compte des nombreux nécessiteux vivant à ses cotés. Au lieu de cultiver un patriotisme fort, chacun pense se créer son petit paradis dans un environnement sale et malsain. C’est quoi plus de deux cents partis politiques, dans un pays aussi petit que le Sénégal. Cela ne montre aucune envie des hommes politiques de travailler ensemble pour résoudre les problèmes que vivent les sénégalais.
Les problèmes purement économiques ne sont pas si difficiles à résoudre qu’on veut nous le fait croire durant toutes ces années. Mais il faudrait quand même, une volonté affichée des dirigeants de nos pays à les combattre par des moyens tenant d’abord compte de notre environnement et de nos possibilités. Arrêtons avec la paresse intellectuelle. En économie comme en toute science, les résultats suivent comme il est vrai que 1 + 1 font 2. Dans nos pays, la seule chose qui peut rendre l’essor économique stable difficile et nous empêcher de dormir sur nos lauriers, c’est peut-être la croissance démographique, qui nous oblige à être tout le temps sur le qui vive et à établir des politiques de développement durable.

Heureusement au Sénégal, les gens gèrent le social en ayant l’habitude de partager autant avec les parents qu’avec ceux qui sont dans le besoin. Le président doit savoir que s’il n’y avait pas cette mentalité du sénégalais, il aurait beaucoup plus de problèmes. Ce serait depuis longtemps l’explosion sociale. Avec le taux de chômage qui sévit dans le pays, ce n’est pas en donnant quelques bourses sociales de vingt-cinq mille francs, qu’on gère la demande. De plus ces vaillants sénégalais qu’on traite de fêtards, ont au moins le grand mérite de fouetter la consommation locale. A coté de politiciens qu’on entend acheter, jusqu’au sac à main de leur conjoint à l’extérieur, à des prix démesurés, il faudrait revoir, qui remettre à l’ordre.
S’il vous plait, dirigeants de ce pays, hauts responsables, donnez l’exemple pour qu’ensemble, nous construisons notre cher pays. Arrêtez de vous dessiner des chemins de réussite personnelle et réalisez des choses qui feront que votre peuple vous aime.

Babacar Gueye
Bargny Missirah-Diamalaye
gueyebabacar45@gmail.com

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*